Blog

Trouvez le but de votre vie

Si vous êtes sur ce blog, et plus particulièrement si vous avez cliqué sur cet article, c’est certainement que vous cherchez le but de votre vie. C’est que vous avez besoin, comme tout un chacun, d’une motivation pour avancer. C’est que vous avez conscience que vous devez changer quelque chose dans votre vie pour avancer, vous épanouir, connaître le succès. Et avoir conscience de cela est une grande preuve de lucidité. En avoir conscience, c’est faire le premier pas vers le changement positif. Cela vous différencie déjà de manière importante des inactifs, de celles et ceux qui ne pensent pas à prendre le recul nécessaire pour faire le point sur eux-mêmes, sur leur propre vie.

Trouver le but de votre vie
Atteindre ses objectifs en reprenant sa vie en main

La deuxième prise de conscience arrive lorsque, une fois que ce premier constat a été fait, vous décidez d’agir. Et dans cet article, je vais vous expliquer comment y parvenir. Non pas par des formules magiques, des incantations ou des danses tribales, mais tout simplement en prenant conscience, encore une fois, que tous les outils dont vous aurez besoin pour parvenir à votre but existent déjà en vous. Car oui, vous ne le savez peut-être pas encore, mais vous avez en vous, comme chaque être conscient et lucide, la force d’atteindre vos objectifs.

Cela ne signifie pas qu’une fois que vous aurez défini vos objectifs de vie, ces derniers n’évolueront pas au fil du temps. Parfois même avant que vous ne les ayez atteints. Bien au contraire, ils évolueront avec vos expériences, vos rencontres, et toutes les étapes que vous franchirez pour y parvenir. Cependant, votre manière de planifier vos objectifs, et le recul que vous saurez prendre par rapport à vous-même pour anticiper la manière dont vous allez évoluer sur le moyen et le long terme, auront un impact très important sur votre succès.

Vous êtes le résultat de vos expériences et de votre environnement

Nous vivons aujourd’hui dans une société de consommation construite autour de la possession matérielle, du paraître, du semblant. Pourtant, le moral des gens, notamment en France, a rarement été aussi bas. A vouloir tout posséder, tout avoir tout de suite, l’on finit par ne plus se connaître, on finit par se perdre. Or, pour trouver un but à sa vie, la première chose à posséder, c’est une identité. Vous devez savoir qui vous êtes.

Cet article ne vous dira pas de vous débarrasser de tout ce que vous possédez, de ne plus suivre les modes, de vous détacher de tout ce qui matériellement peut vous satisfaire. Mais il vous apprendra à prendre le recul nécessaire, à vous poser les bonnes questions, à avoir les bonnes réflexions, sur ce qui vous rendra véritablement heureux, ce qui vous permettra d’avancer vers vos objectifs et concrétiser les projets qui vous mèneront jusqu’au bout du chemin vers le but de votre vie.

Ce n’est donc pas une réflexion anodine. A vous de prendre le temps qu’il faut pour parvenir à trouver ce but. Et n’ayez pas peur de voir en grand. Oubliez vos peurs. Vous savez, celles qui vous disent que vous n’atteindrez jamais votre objectif. Celles qui vous font imaginer les réactions négatives de votre entourage, le fameux « regard de l’autre ». Celles qui vous disent que si vous échouez, vous allez décevoir… bref, toutes ces excuses qui font que l’on n’accomplit jamais rien, que jamais on ne passe à l’action.

Recensez vos croyances limitantes et voyez plus loin que ces barrières

La première leçon à retenir est que chacune de ces peurs est dictée par vos expériences passées, votre vision du monde, votre environnement. Tout cela a créé ces peurs qui s’inscrivent dans la longue liste de vos croyances limitantes. Ces croyances qui nous gangrènent telles que « Je n’y arriverai jamais parce que je suis trop nul », « Je ne répondrai pas à cette annonce parce que je n’ai pas assez d’expérience », « Je ne participerai pas à cette course parce qu’ils sont meilleurs que moi, et moi je suis mauvais ».

Ce sont ces croyances limitantes qui vous pourrissent la vie, l’ont pourrie par le passé, et la pourriront dans le futur. Et toutes ces croyances, vous les devez à vos expériences, votre éducation, votre entourage. Qui eux-mêmes ont créé en vous cette perception que vous avez du monde qui vous entoure et que vous avez de vous-mêmes.

La question aujourd’hui est donc de savoir si vous voulez laisser tout cela décider de la façon dont vous devez vivre ? Voulez-vous laisser votre environnement, vos expériences, votre éducation vous dicter les décisions que vous devez prendre ? Voulez-vous les laisser décider de qui vous êtes réellement ?

Le premier travail à réaliser sera donc sur vous-mêmes. Car vous serez le seul facteur déterminant dans votre succès. Assurez-vous que vos objectifs soient bien personnels, qu’ils sont pour vous et non pour satisfaire les uns ou les autres.

Croyez en vous ! Un point c’est tout !

Il existe une notion que vous devez prendre en compte si vous souhaitez atteindre le but de votre vie. Pour connaître le succès, vous devrez prendre des risques. Le premier d’entre eux est le plus important : vous devez croire en vous !

Votre attitude déterminera votre réussite
Prendre conscience de ses réactions, de ses faiblesses et de ses forces pour mieux appréhender le chemin à parcourir vers le succès

Cela peut vous paraître fou, mais il a été prouvé que l’on parvient plus facilement à ses objectifs si l’on visualise le résultat. N’ayez donc pas peur de vous imaginer une fois que vous aurez atteint votre objectif, que vous aurez obtenu ce que vous désirez (je reviendrai dans de prochains articles sur les miracles de la visualisation et de la loi de l’attraction).

En effet, vous êtes le seul responsable de votre réussite ou de votre échec. Au final, si vous échouez, vous pourrez en vouloir à l’univers tout entier, vous serez le seul fautif. C’est une notion difficile à accepter, et pourtant, elle est vérifiable. A contrario, si vous réussissez, vous serez le seul responsable de votre succès.

Cas concret n°1 : quand l’univers entier est contre vous

1/ Ce matin, votre réveil sonne, mais vous ne vous levez pas tout de suite. Vous préférez abuser de la touche “snooze” de votre réveil pour repousser l’heure du lever. A 15 minutes de partir, vous vous rendez compte que vous risquez de rater votre bus. Vous vous levez en urgence. Sans prendre la peine de vous doucher, vous enfilez tant bien que mal une tenue convenable. En buvant votre café, vous vous brûlez dans la précipitation, puis vous vous cognez en cherchant vos affaires. Cela vous met déjà de mauvaise humeur. Vous maudissez votre café chaud et le coin de votre table.

2/ Sans grande surprise, vous ratez votre bus. Vous maudissez le conducteur qui n’a pas pris la peine de vous attendre malgré vos grands signes et a redémarré sous votre nez alors que vous n’étiez qu’à une vingtaine de mètres de l’arrêt.

3/ Vous arrivez au bureau avec 15 minutes de retard, vous êtes trempé de sueur parce que vous avez couru, et vos collègues se permettent même de vous balancer quelques moqueries. Votre patron, en revanche, n’apprécie guère votre manque de ponctualité. Cela vous sape le moral. Vous vous renfermez sur vous-même toute la journée et n’adressez la parole à personne.

4/ Au téléphone, un client vous fait remarquer votre ton agressif. Le ton monte et vous perdez votre sang froid. La discussion se termine. Vous venez de perdre un gros client. Votre patron vous le reproche et vous ordonne de vous reprendre si vous ne voulez pas subir des sanctions.

5/ Le soir, vous rentrez chez vous. Vous êtes épuisé et énervé par votre journée. Votre conjoint tente tant bien que mal de vous réconforter, mais ses efforts ont plutôt tendance à peser sur votre patience. Vous vous disputez. Puis vous allez vous coucher mais ne réussissez pas à trouver le sommeil car vous ressassez dans votre tête cette terrible journée où tous les éléments se sont ligués contre vous. Le lendemain, vous vous réveillez de nouveau fatigué et de mauvaise humeur à l’idée de recommencer une journée.

Cas concret n°2 : quand vous n’envisagez que l’échec

1/ Vous cherchez du travail dans la communication et vous tomber sur l’annonce qui vous correspond. Vous avez déjà eu un poste similaire, vous avez le bon diplôme, cependant, il est précisé qu’il faut savoir parler anglais.

2/ Cela fait des mois que vous cherchez, alors vous sautez sur l’occasion. L’opportunité est trop belle ! Vous commencez à rédiger votre lettre de motivation, vous adaptez votre CV. Vous vous dites qu’il faut que vous obteniez ce poste. Il est fait pour vous. Et après avoir subi tant de refus, vous devez y arriver.

3/ Cependant, parmi les refus, certains postes auraient pu aussi vous aller comme un gant. Du coup, vous pensez que vous pouvez encore échouer sur cette annonce. Certes, vous avez l’expérience, vous avez le diplôme, mais il faut savoir parler anglais… Et vous, vous n’avez plus parlé anglais depuis le lycée. En face de vous, il y aura forcément des candidats qui sauront parler anglais.

4/ Et puis vos expériences passées, finalement, ne sont pas si significatives, ni valorisantes… Face à un candidat qui aura travaillé dans une grande entreprise, vous ne ferez pas le poids. Alors vous décidez de ne pas postuler. Et vous retournez devant votre télévision…

Pourquoi il faut se remettre en question et croire en soi

Croire en soi
Vous n’avez pas le choix. Pour réussir, vous devez prendre des risques et croire en vous !

En prenant du recul, dans le premier cas concret, vous auriez pu analyser les causes de toutes ces mauvaises aventures. Vous lever plus tôt vous aurait permis de ne pas avoir à vous presser pour vous préparer. Ainsi, vous n’auriez certainement pas raté votre bus et n’auriez donc pas eu à subir les remarques de vos collègues et de votre patron. Vous seriez arrivés à l’heure, auriez pris quelques minutes agréables avec chacun d’entre eux et auriez abordé votre journée de travail d’une humeur plus positive. Enfin, vous n’auriez pas été agressif avec vos clients. Votre voix joviale vous aurait certainement servi à obtenir de nouveaux clients, et le soir, chez vous, vous auriez passé une soirée bien plus agréable dans votre foyer. C’est l’effet domino.

Rien ne vous empêche non plus de rater votre début de journée, et de vous en rendre compte en cours de route. Après vous être fait passer un savon par votre patron, vous auriez pu vous dire : “Ok, c’est de ma faute. En choisissant de dormir quelques minutes de plus, j’ai voulu jouer, j’ai perdu. Passons à autre chose.” Il suffit juste de prendre du recul pour gagner en lucidité sur la situation.

De la même manière, dans le cas concret n°2, vous vous êtes laissé envahir par vos croyances limitantes. Alors que tout, dans l’annonce, portait à penser qu’elle était faite pour vous, vous vous êtes auto-saboté en vous souvenant de vos mauvaises expériences passées : vos précédents échecs. Et lorsque l’esprit commence à voir de manière négative, tout l’engouement du départ disparait. A tel point que vous finissez par penser que le seul fait de ne pas savoir parler anglais sera un frein. A tel point que vous n’envisagez plus que l’échec et n’avez plus envie de tenter votre chance.

Le mécanisme qui vous a guidé sur ces deux cas concrets fonctionne également sur votre manière d’appréhender le chemin qui vous mène vers le but de votre vie, vers vos objectifs. Si vous n’êtes pas apte à vous auto-critiquer, à prendre conscience de vos erreurs, à apprendre de vos échecs, à vous remettre en questions de manière objective, à croire en vous, tout cela dans le seul but de vous améliorer, alors vous n’arriverez pas à avancer vers le succès.

Trouvez le but de votre vie, oui, mais soyez précis !

Pour le commun des mortels, le but de la vie est d’être heureux, d’être en bonne santé, de s’enrichir, d’évoluer, de profiter de la vie…

Sur le principe, je suis d’accord, mais cela manque cruellement de précision. Et justement, le point commun entre toutes les personnes qui réussissent, c’est qu’elles ont des objectifs précis. Elles savent ce qu’elles doivent réaliser pour réussir, ce qu’elles doivent améliorer, et jusqu’où elles sont prêtes à aller. Elles ont un cadre. Et c’est pourquoi il est primordial d’avoir un plan. C’est justement ce que je développe dans la méthode pour se fixer des objectifs atteignables.

Croire en soi et trouver le but de sa vie
Pour mieux vous connaître, soyez flexibles. Cela vous aidera à être plus lucides sur vous mêmes

Cela présente un double avantage. Vous construirez ce plan en fonction de vos possibilités. C’est pourquoi il est important de savoir qui vous êtes, ce que vous êtes capable réaliser, à quel point vous êtes motivé, et quelles sont les difficultés à anticiper. Mais ce plan vous permettra également de découper ce chemin en plusieurs étapes, le rendant plus accessible et plus motivant. Car chaque étape terminée sera une victoire supplémentaire vers le but de votre vie.

A la lecture de cet article, je veux pas que vous pensiez que je vais trouver à votre place le but de votre vie. En revanche, je vous ai donné les clés pour être conscient de votre potentiel. Les clés pour croire en vous, pour vous améliorer, et pour connaître avec précision ce à quoi vous aspirez. Je vous ai appris que vos objectifs ne concernent que vous. Ils peuvent tout de même avoir un impact sur votre environnement, sur votre entourage. Vous ne devez pas laisser les autres vous dicter ce doivent être vos objectifs.

N’oubliez jamais que vous-seul pouvez construire la vie que vous voulez vivre.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  • 17
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​BONUS GRATUIT I ​​Téléchargez votre e-book en