Prendre la bonne décision face à un dilemme

5 conseils pour prendre la bonne décision

“Vais-je prendre la bonne décision ?”
C’est certainement l’une des plus grandes angoisses de notre temps. C’est d’ailleurs l’un des problèmes qui revient le plus souvent chez beaucoup de personnes avec qui je m’entretiens.

Comment prendre une bonne décision ? D’ailleurs, comment être sûr que c’est la bonne décision ? Autant de questions qui n’auront de réponse qu’une fois que vous aurez pris cette décision, et c’est là toute la complexité de la chose. Car, si vous ne la prenez pas, vous vivrez dans le regret. Est-ce mieux ? Je vous laisse en débattre.

Derrière cette question se trouve la peur de faire un choix et les conséquences qu’on imagine derrière ce choix. J’y vais ou j’y vais pas ? Je l’appelle ou je ne l’appelle pas ? Je quitte mon job ou pas ?

Mais derrière cette peur de faire un choix se cache surtout la peur de prendre une mauvaise décision. Et cette peur, elle envahit nos pensées. Elle nous donne les mains moites. Elle nous empêche de trouver le sommeil. On se retrouve seul, face à soi-même, face à nos propres choix, et notre capacité à affronter les conséquences de ce choix, même les plus mauvaises.

Dans cet article, je vous propose 5 conseils que j’applique dans ma propre vie, face à mes propres choix. Car, comme tout le monde, il m’arrive également de douter, de craindre certaines conséquences, de faire le mauvais choix. Alors, autant que possible, j’applique ces conseils que je vous donne.

Ces techniques n’ont rien de miraculeux, mais elles peuvent faire une véritable différence.

Prendre la bonne décision avec bienveillance
Face à plusieurs choix, il est parfois difficile d’y voir clair. Accueillez cette situation avec bienveillance, cela fera une grande différence.

1 – Accueillez avec bienveillance cette décision à prendre

Ne pas se plaindre d’avoir l’embarras du choix

La pire des attitudes est de se plaindre. Je ne le répèterai jamais assez. Alors je vais le redire : la pire des attitudes est de se plaindre.

Donc, si vous avez une décision à prendre, ne vous plaignez pas. Accueillez ce choix à faire avec bienveillance. Estimez-vous chanceux d’être confronté à cette prise de décision. Vous verrez que cela transformera totalement votre relation à cette situation qui auparavant vous mettait mal à l’aise.

Ressentez de la satisfaction de devoir choisir entre une ou plusieurs solutions, un ou plusieurs choix. Pourquoi ? Parce qu’en y réfléchissant un peu plus sérieusement, lorsque vous avez du mal à prendre la bonne décision, bien souvent c’est soit :

  • Parce que vous devez décider entre au moins deux choses que vous aimez. Par exemple : devoir choisir entre une soirée avec des amis ou un repas en amoureux. Il y a pire comme situation, n’est-ce pas ?
  • Parce que vous devez choisir entre au moins deux situations que vous n’aimez pas dans l’espoir d’aboutir à quelque chose de mieux. Par exemple : devoir choisir entre quitter un emploi qui ne vous satisfait pas dans l’espoir de trouver mieux, de suivre une formation, ou de se lancer dans un projet, ou bien garder son travail et la situation reste la même.

Avoir le choix, tout le monde n’a pas cette chance

Cela peut vous sembler bête, voire tiré par les cheveux. Mais sachez-le, tout le monde n’a pas tous les jours la possibilité de faire des choix. Avoir cette possibilité est, encore de nos jours, un luxe.

En effet, tout le monde n’a pas la chance de pouvoir s’arracher les cheveux pour choisir ses prochaines vacances ou la couleur de sa robe. Tout le monde n’a pas les moyens de quitter un emploi qui ne lui plaît plus. Tout le monde n’a pas la possibilité de prendre la décision de mettre fin à son couple lorsque la relation n’est plus bonne.

Donc, dans les choix faciles à prendre comme dans les plus difficiles, souvenez-vous que vous, vous avez le choix. Le fait d’en prendre conscience vous aidera à dédramatiser bon nombre de situations. Et cela contribuera largement à vous aider à prendre la bonne décision. Apprenez donc à apprécier ces situations “difficiles”, et accueillez-les avec bienveillance.

2 – Apprenez à vous projeter pour prendre la bonne décision

Prendre du recul et penser “long terme”

Que vous le vouliez ou non, plus vous prendrez vos décisions en vous projetant sur le long terme, plus elles auront de la puissance. Surtout face à des choix importants.

C’est pourquoi il est indispensable de savoir prendre du recul et de se projeter dans l’avenir, dans la vision que vous avez de votre propre avenir. Mais pour cela, il faut avoir conscience de ce qui est important pour vous. Il faut avoir conscience de la vie que vous rêvez d’avoir à moyen et/ou long terme. Car ce qui vous orientera vers votre vision, vous permettra de concrétiser vos projets, d’atteindre vos objectifs. Et c’est le cumul de toutes ces choix que vous aurez fait en pensant “long terme” qui fera la différence.

Imaginez. Vous avez un billet de 20 euros dans les mains. Vous avez le choix entre le dépenser dans une pizza que vous adorez, ou dans un livre qui vous aidera à atteindre un objectif à long terme. Si vous pensez “court terme”, vous choisirez la pizza qui vous fait saliver rien que de l’imaginer. En revanche, si vous pensez “long terme”, vous vous passerez de la pizza et privilégierez votre avenir. Ce sont ces choix qui, cumulés, feront une vraie différence.

Ne pas se flageller pour autant

Pour autant, ne vous flagellez pas si de temps en temps vous choisissez la pizza. On a tous le droit à un petit écart. Car il est aussi important de savoir satisfaire nos plaisirs à court terme de temps en temps. Mais souvenez-vous que c’est la somme de vos décisions qui tracera votre chemin vers votre vision, ou vous en éloignera.

Cependant, aussi souvent que vous le pouvez, dès que vous prenez conscience que vous êtes face à un choix qui vous tiraille, demandez-vous si la décision que vous souhaitez prendre va dans la direction que vous souhaitez donner à votre vie. Cela vous permettra de ne pas être aveuglé par l’appel d’un petit plaisir à court terme qui pourrait vous coûter cher sur le long terme.

Demandez-vous simplement ce qui vous rendra fier dans quelques années. D’avoir mangé cette pizza ou d’avoir investi dans ce livre ? Ou demandez-vous si vous n’aurez pas de regret à ne pas avoir acheté ce livre, ou si vous ne regretterez pas d’avoir pris ce kilo inutilement en craquant pour cette pizza.

Prendre la bonne décision à long terme
Déterminer les choix qui seront bons pour vous sur le long terme vous permettra de prendre les meilleures décisions pour vous.

3 – Libérez-vous de la pression d’un éventuel mauvais choix

Dédramatiser les mauvaises décisions

Si vous lisez cet article, c’est qu’il y a de très fortes chances pour que vous ayez déjà fait des mauvais choix dans votre vie. Et regardez, vous êtes toujours vivant. La Terre continue de tourner. Le soleil brille toujours. Mieux encore, vous lisez cet article ! Cela veut dire que vous avez développé votre niveau de conscience et vous cherchez à vous améliorer.

Pourquoi je vous dis cela ? Parce qu’une personne qui ne fait que des bons choix dans sa vie, cela n’existe pas. Et quand bien même cette personne existerait, elle ne serait pas en train de lire cet article. Ou elle le lira bien plus tard, une fois qu’elle aura connu ses premiers revers dus à de mauvaises décisions.

Définir ce qu’est une mauvaise décision

Et oui ! Une mauvaise décision, c’est quoi ?

Est-ce qu’une décision qui vous semblera mauvaise, le sera pour quiconque devrait prendre ce genre de décisions ? Si vous pensez que partir sur la côte d’Azur en plein été est une mauvaise décision, pensez-vous que ça le soit également pour les millions de vacanciers qui s’y rendent tous les ans en pleine saison ? Il y a de fortes chances que non.

Si vous jugez qu’une décision est mauvaise, c’est parce que vous y percevez bien plus d’inconvénients que d’avantages. Ce sont donc vos perceptions qui donnent à la décision sont caractère bon ou mauvais. Et ce qui vous semble mauvais peut s’avérer bon finalement. Parce que le mauvais choix que vous avez pris vous enverra un feedback qui vous dira : “Ne fais plus cette erreur !”

Ainsi, si vous partez sur la Côte d’Azur en plein été et que vous n’aimez pas partager la plage avec des dizaines de milliers d’inconnus, il est certain que vous ne referez plus la même erreur. Car rien ne fait plus grandir qu’une erreur dont on a pris conscience.

4 – Acceptez l’éventualité de ne pas faire le bon choix

Ne pas faire de choix, c’est aussi un choix

Imaginez un monde parfait. Un monde dans lequel vous ne faites que les bons choix. Dans lequel vous ne prenez que les bonnes décisions. La vie serait triste, non ? Qu’est-ce que cela vous apprendrait ? Et imaginez, tout à coup, que vous fassiez un mauvais choix. Mais quelle horreur ! Vous vous retrouveriez confronté, pour la première fois, à la notion d’erreur, ou d’échec. Mais, vous n’avez jamais appris comment surmonter cela.

Ne jamais prendre de décision, c’est comme si vous preniez toujours la bonne décision. Pourquoi ? Parce que ne rien faire, c’est choisir de rester dans sa zone de confort. C’est choisir de ne rien changer. C’est donc un choix de ne pas faire de choix. Oui, c’est faire le choix de l’inaction.

Faire des choix exerce à faire des choix

Mais comme je le dis toujours, dans le développement personnel, rester dans l’inaction, choisir de ne pas avancer, c’est finalement reculer. Car pendant que vous faites du surplace, les autres, eux, avancent.

Rester dans l’inaction, c’est limiter votre processus de progression. C’est stopper net votre évolution. C’est endormir votre cerveau en lui faisant perdre, progressivement, sa capacité à faire des choix, bons ou mauvais.

Or, faire des choix exerce à faire des choix. C’est ainsi. Plus vous prendrez des décisions, bonnes ou mauvaises, et plus vous saurez déterminer les bonnes ou mauvaises décisions au moment où vous devrez les prendre. Donc, plus vous apprendrez à vous tromper dans vos choix, et plus vous progresserez. Et ainsi, meilleures seront vos décisions futures.

Faire un choix est essentiel
Pour être sûr d’avoir une chance de prendre la bonne décision, il faut évidemment faire des choix.

5 – Envisagez qu’il existe d’autres bonnes décisions

Vous ne savez pas si vous devez partir en vacances à la mer ou à la montagne ? Vous hésitez entre votre veste rouge et votre veste bleue ? Ou vous ne savez pas si vous devez quitter votre emploi ou le garder ?

Et si vous décidiez d’arrêter de vos focaliser sur les deux seules solutions qui se présentent naturellement à vous ? Et si vous décidiez de chercher les autres solutions qui existent, elles aussi ? Car si vous hésitez entre la décision A et la décision B, avez-vous envisagé qu’il pourrait exister une décision C que vous pourriez préférer sans hésitation ?

En effet, parfois la meilleure des solutions est de trouver un compromis entre A et B pour créer C. Parfois, la meilleure des solutions est tout simplement d’attendre un peu avant de se décider. Pour ne pas précipiter les choses, pour avoir le temps de réfléchir, et ainsi se laisser la possibilité de voir apparaître une solution C, bien meilleure que A et B.

Bref, il existe une multitude de possibilités. A vous de prendre le recul nécessaire pour en prendre conscience.

En conclusion

Vous l’aurez compris en lisant cet article. Il est essentiel que vous vous sentiez à l’aise avec la prise de décision. Notamment parce qu’une décision n’est bonne ou mauvaise que selon vos propres perceptions. Sachant cela, considérez ce qu’est vraiment une mauvaise décision : ce n’est qu’une occasion de progresser.

Donc, ne vous bloquez pas devant le moindre carrefour ou face à un choix délicat à faire. Accueillez ce choix avec bienveillance, considérez les avantages et les inconvénients de chaque solution sur le court, le moyen et le long terme, et envisagez qu’il puisse en exister d’autres. Et si, par “malheur”, vous prenez la mauvaise décision, faites un pas en arrière et posez-vous la question : comment cela peut-il me faire progresser ? que puis-je apprendre de cette situation ?

Et vous, comment vous sentez-vous lorsque vous êtes confronté à un choix ? Êtes-vous paralysé par l’enjeu que peut représenter le fait de prendre la bonne décision ? Dites-le moi dans les commentaires, je me ferai un plaisir de vous lire.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

4 réflexions sur “5 conseils pour prendre la bonne décision”

  1. Merci beaucoup pour cet article permettant de prendre du recul sur les prises de décision.
    Pour ma part, ce qui m’aide beaucoup c’est de mettre les éléments concrets par écrit pour tenter de prendre une décision rationnelle…
    Même si le meilleur choix est parfois d’écouter son cœur 🙂

    1. Jung - Coach en ligne

      Oui, il est important d’apprendre à écouter son coeur. Mais l’écouter en pleine conscience, de manière à discerner si le coeur est dans le vrai ou pas. Et, comme tu le fais, mettre tout cela par écrit permet d’y voir beaucoup plus clair.

  2. Bravo pour cet article ! J’adore l’idée d’accepter de ne pas faire le bon choix ! Ce sera une aventure apprenante de toutes les façons…

    1. Jung - Coach en ligne

      Oui, comme pour nos échecs, nos défaites, nos difficultés, nos mauvais choix doivent être accueillis avec bienveillance car ils apportent les solutions pour nous permettre d’évoluer. Nos mauvais choix ne sont en aucun cas des freins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​BONUS GRATUIT I ​​Téléchargez votre e-book en

%d blogueurs aiment cette page :