La persévérance même dans la douleur

Persévérance : ce pouvoir qui fait la différence

Plus qu’une simple notion de développement personnel, la persévérance est l’un des leviers fondamentaux de votre réussite. Si vous manquez de persévérance, vous n’arriverez tout simplement pas à obtenir les résultats que vous souhaitez.

Mais qu’est-ce que la persévérance ? Comment l’entretenir et jusqu’où peut-elle nous conduire ? Vous allez découvrir dans cet article comment les personnes qui persévèrent réussissent. Vous découvrirez comment investir sur soi et sur ce qui vous est important, devient source de motivation. Et vous comprendrez également en quoi la persévérance diffère de l’obstination.

Et enfin, je vais vous donner quelques clés essentielles pour réussir à persévérer, quoi qu’il arrive.

La nature est une preuve de persévérance
Grâce à la persévérance, l’impossible devient possible

Persévérance, obstination : quelle différence ?

Persévérance : développer son esprit positif

L’importance de la vision

Persévérer, c’est être capable de persister, et à tenir bon malgré les contraintes, les difficultés, les coups durs. Persévérer, c’est aller de l’avant, au bout de son idée et surmonter tous les obstacles qui se dressent sur le chemin. Et persévérer sous-entend que vous définissez vos objectifs parce qu’ils répondent à une vision finale en cohérence avec vos valeurs les plus importantes.

Une vision claire et cohérente avec vos valeurs va vous donner envie de persévérer. Sans clarté sur votre vision, il sera compliqué d’avancer. Ou même d’avoir la détermination pour avancer sur le long terme. C’est pourquoi je vous encourage à définir le plus clairement vos objectifs.

La principale qualité d’un esprit persévérant

En effet, la persévérance fait appel à de nombreuses qualités. Tout d’abord, cela suppose une attitude positive par rapport à l’objectif fixé. Car partir vers un objectif auquel vous ne croyez pas, c’est perdu d’avance. Idem si vous manquez de confiance en vous, que vous ne croyez pas en vous. Croire en soi permet d’élever son niveau d’engagement, donc son niveau de détermination. Les ingrédients essentiels pour développer la persévérance.

Un esprit positif va naturellement développer des états internes positifs. Et, par conséquent, des choix et des stratégies positifs. Sur le long terme, l’esprit positif attirera davantage de résultats positifs qu’un esprit négatif. En adoptant un état d’esprit positif, vous verrez quels sont les éléments qui justifient cette nécessité de persévérer, de croire que la cause pour laquelle vous travaillez aboutira au résultat souhaité.

Obstination : ne pas tomber dans le piège

Les signes positifs de la persévérance

Ce que vous lirez dans la suite de cet article, l’école ne vous l’apprend pas. En effet, ce qui fait que la persévérance est un comportement positif. Elle vous envoie régulièrement des signaux indiquant que vous avancez, que vous progressez. La persévérance entraîne des résultats qui démontrent que, aussi petits soient les pas, vous avancez vers votre but.

La persévérance ne garantit pas un parcours sans embûche. Parfois vous allez chuter. Vous serez confrontés à l’échec. Parfois vous effectuerez un pas en arrière pour réajuster votre trajectoire. Mais lorsque vous jetterez sur le chemin parcouru un regard global, vous vous rendrez compte que vous avez progressé vers votre objectif.

Les signes négatifs de l’obstination

Contrairement à la persévérance, l’obstination est un comportement toxique. Toxique pour vous. Toxique pour votre environnement.

Les signes de l’obstination sont le contraire de ceux que nous venons de définir pour la persévérance. C’est lorsque vous voyez que votre projet n’avance pas. C’est lorsque votre comportement vous cause du tort, mais également à votre entourage.

En effet, l’obstination a un pouvoir destructeur considérable. Et elle succède généralement à la persévérance à partir du moment où, malgré cette persévérance, vous n’obtenez aucun résultat.

L’obstination, poussée à son extrême, peut vous détruire. A trop vous obstiner sans prendre conscience de ce comportement dévastateur, vous pouvez perdre le soutien de vos proches, perdre l’amour des personnes qui vous sont chères, vous isoler…

Être conscient de sa progression dans le temps

Observer le chemin parcouru

Votre progression, c’est donc sur le long terme que vous pourrez l’observer. C’est ainsi que vous saurez si vous êtes dans la persévérance ou l’obstination (en plus de tous ces petits signes autour de vous, auprès de vos proches, vos amis, etc).

Si, sur la durée, vous constatez que vous avez plus régressé que progressé, alors il est temps de prendre du recul. Il est temps de faire quelques ajustements sur votre objectif, ou sur votre vision à long terme.

Ces moments-là sont stratégiques. Ne les ignorez pas. Car c’est souvent lorsque vous observez le chemin parcouru que l’on abandonne, sans se donner la peine de véritablement s donner une chance d’atteindre son objectif. Et c’est là que l’on se crée des croyances limitantes. “J’ai déjà essayé, j’ai échoué, donc je suis nul.” Alors que quelques petits réajustements auraient peut-être pu suffire.

La persévérance pour atteindre des sommets
Toujours apprécier le chemin parcouru sans perdre de vue l’objectif. C’est ça la persévérance.

Échouer oui, mais apprendre de ses échecs

Ces moments sont cruciaux. Ils sont comme des leviers dans votre progression. Cependant, l’erreur à ne pas faire est de ne pas apprendre de ses échecs.

En effet, on entend toujours parler de ces grands hommes ou grandes femmes inspirantes, qui ont échoué des dizaines, voire des centaines de fois. Mais qui, à force de croire en leur vision, en leurs projets, ont réussi au final. A l’image de Thomas Edison, qui aurait subi 9.999 échecs avant d’inventer l’ampoule. Mais Thomas Edison ne s’est pas obstiné. Il a appris de chacun de ses échecs.

Derrière son histoire, il faut comprendre qu’à chaque fois qu’il inventait une ampoule électrique qui ne marchait pas, il progressait. Et c’est une énorme différence. Ainsi, il voyait sa progression. C’est ça la persévérance. L’obstination, c’est s’il n’avait vraiment rien appris de ses 9.999 échecs.

Mes 7 conseils pour développer sa persévérance

La persévérance, lorsque vous l’avez en vous, elle vous donne de grands pouvoirs. Parce qu’elle annihile la peur de l’échec, du jugement de l’autre, du refus, de l’humiliation…

La persévérance, c’est cette histoire de Walt Disney qui a essuyé 102 “non” de différentes banques qui ont refusé son projet de grand parc d’attractions. En effet, lorsque votre vision est claire comme de l’eau de roche et qu’elle répond à ce qu’il y a de plus important et de plus précieux au plus profond de vous, lorsque vos objectifs sont cohérents avec cette vision et que vous êtes prêts à tout essayer pour les atteindre, alors vous ressentirez le goût de la persévérance.

1/ Avoir un rêve clair et puissant

Comme je viens de vous le dire à l’instant, plus votre rêve sera clair et précis, plus il sera puissant. Et plus ce rêve, cette vision, répond à vos valeurs les plus fortes, plus vous aurez envie d’aller vers ce rêve. Vous développerez en vous une énergie que vous n’auriez pas eu sans un rêve aussi fort. Vous mettrez en place des stratégies et prendrez des choix cohérents avec ce rêve. Bref, c’est tout le principe de la loi d’attraction qui se mettra en place sans même que vous ne vous en rendiez compte.

2/ Donner du sens à ses objectifs

(Pour plus de vidéos, cliquez ici)

Plus votre objectif répondra à un “pourquoi” puissant, plus vous serez déterminé à persévérer. Parce qu’il ne s’agira plus seulement de satisfaction d’atteindre un objectif. Il s’agira de fierté, de dignité.

Si ce “pourquoi” répond à quelque chose d’important pour votre bonheur, votre qualité de vie, celle de votre famille, alors vous persévérerez. Avoir un but, c’est le cœur-même de la motivation.

3/ Retrouver des expériences passées

Vous en doutez peut-être. Pourtant, si vous savez marcher aujourd’hui, c’est bien parce qu’à un moment de votre vie, vous avez eu envie de passer de la position assise à la position debout. Et je ne pense pas me tromper de beaucoup en disant que vous n’avez certainement pas réussi dès votre première tentative. Vous êtes tombé souvent. Très souvent. Vous avez certainement pleuré. Mais vous n’avez jamais cessé de persévérer.

Mais si vous n’avez aucun souvenir de cette époque, il y a forcément des moments de votre vie où vous avez su persévérer. Retrouvez ces souvenirs. Remémorez-vous ces moments où vous vous êtes senti imbattable. Que ce soit ce match de championnat où personne n’arrivait à vous prendre le ballon. Ou bien cette présentation où vous vous sentiez tellement à l’aise que vous avez même pris du plaisir à parler devant toutes ces personnes. Ou encore ce jour où vous avez pris votre courage à deux mains pour lui déclarer votre flamme.

D’ailleurs, en lisant ces lignes, je suis sûr que certains souvenirs remontent à votre esprit. Arrêtez-vous quelques secondes sur ces souvenirs. Que ressentez-vous en vous les remémorant ? Ne sentez-vous pas l’énergie qui vous gagne ? Ne sentez-vous pas l’émotion positive vous envahir, presque comme si vous y étiez ? Et maintenant, remettez-vous dans la peau de la personne que vous étiez à cette époque. Comment vous sentiez-vous ? Comment vous teniez-vous ? A quoi pensiez-vous ? Que disiez-vous ? Que faisiez-vous ? Essayez de retrouver le plus de détails possibles.

On a tous déjà fait preuve de persévérance
Nous avons tous déjà connu des moments positifs de persévérance. Il est important de ce reconnecter à ces souvenirs.

4/ Pratiquer la visualisation

A partir de l’exercice du point précédent, pratiquez la visualisation. Pourquoi cet exercice ? Parce que votre cerveau ne distingue pas le passé du futur ou du présent. Si vous avez su ressentir ces émotions par le passé, vous pourrez les ressentir de nouveau dans le futur. C’est d’ailleurs l’un des grands principes de la programmation neurolinguistique.

Ainsi, si vous vous décidez de pratiquer la visualisation pour un objectif futur à atteindre, en visualisant la persévérance, votre cerveau enregistrera cela comme une expérience vécue.

Vous aurez ainsi su connecter vos émotions positives issues de ces souvenirs puissants à des objectifs futurs.

5/ Développer sa patience

L’erreur à éviter absolument

Il existe une erreur que font beaucoup de personnes qui ont des objectifs. Cette erreur est fatale pour la persévérance et est génératrice de puissantes croyances limitantes.

Cette erreur consiste à surestimer ce que l’on est capable de réaliser en un an, mais de sous-estimer ce que l’on peut réaliser en 10 ans. Or, il faut apprendre à être raisonnable sur le court terme, mais déraisonnable sur le long terme.

C’est ce qui se passe chaque année lors des bonnes résolutions du nouvel an. On veut perdre 10 kgs, changer de job, démarrer une nouvelle formation, rencontrer l’amour de sa vie, déménager, se remettre au sport… Toutes ces décisions qui, cumulées, ne peuvent tenir sur une seule année, lorsqu’elles ne sont pas tenus, tuent la persévérance. Et la motivation et la confiance en soi également.

Voyez loin dans le temps

Mon conseil : Au lieu de vous demander quelle personne vous voulez être tout de suite, demandez-vous plutôt qui vous voulez devenir dans 10 ans. Faites-en votre vision en vérifiant qu’elle répond à vos valeurs les plus importantes. Et ainsi, établissez un plan d’actions. Cela vous permettra de définir avec précision vos objectifs principaux ainsi que vos plus petits objectifs tout en les hiérarchisant.

En procédant de cette manière, vous vous découragerez moins facilement. Votre motivation et votre détermination seront moins impactées par les petits échecs. Et vous trouverez l’énergie pour persévérer.

6/ Se focaliser sur l’objectif, pas la douleur

Persévérer, c’est apprendre à se focaliser sur la destination, et non sur la difficulté du chemin. Si vous êtes face à un obstacle, si la douleur vous fait mal, ne subissez pas.

En effet, qu’est-ce qui fait qu’un marathonien va jusqu’au bout de la course même lorsqu’il est victime du fameux “mur des 30 kilomètres” ? C’est parce qu’il reste focalisé sur l’objectif, sur la ligne d’arrivée, sur la destination. Et non la douleur, la difficulté, le coup de barre, la démotivation, le découragement.

Et ce qui marche dans le sport marche partout ailleurs. Si votre couple traverse un épisode difficile, souvenez-vous de votre projet à deux, et trouvez les solutions. Si vos clients vous laissent tomber, n’oubliez pas pourquoi vous travaillez et quel est votre but, ainsi vous trouverez de nouveaux clients.

7/ Surveiller son niveau d’énergie

Lorsque vous vous sentez moins persévérant, c’est que vous avez peur. Comme nous venons de le voir dans le précédent point, c’est tout à fait normal.

Votre principale peur dans ces situations – et elle est tout à fait naturelle – est de ne pas trouver de réponse sur la manière dont vous allez pouvoir rebondir par la suite. C’est de ne pas savoir comment affronter la difficulté. Ne pas savoir comment surmonter cette douleur. C’est dans ces moments de doute que votre niveau d’énergie se met à baisser considérablement.

Mais soyez rassuré. Votre cerveau est très bien fait. Il sait trouver des solutions dans la prise de recul. Donc si vous n’avez pas de solution dans l’instant, passez à autre chose : allez dormir, faites du sport, prenez un bouquin. Et, vous l’avez peut-être déjà constaté, les solutions apparaissent comme par magie.

En effet, en changeant de dynamique, en impulsant du mouvement, vous montez en énergie. Votre cerveau aime ce moment où votre énergie remonte. Et des situations où nous pensions que tout était perdu et dans lesquelles une solution est apparue au dernier moment, nous en avons tous vécues. Et heureusement que vous aviez persévéré, n’est-ce pas ? Heureusement que vous n’aviez pas abandonné.

En conclusion

Vous l’aurez compris, la persévérance est une arme redoutable pour atteindre tous ses objectifs. Mais il est important de l’utiliser de manière méthodique.

La persévérance se travaille, comme une nouvelle habitude dynamisante. Mettez en application ces quelques conseils, et dites-moi dans les commentaires à quel point cela a fait une différence.

N’hésitez pas non plus à partager cet article et à le faire lire autour de vous pour véhiculer cette belle énergie de persévérance, pour permettre à chacun d’atteindre tous ses objectifs de vie !

Partagez l'article

14 réflexions sur “Persévérance : ce pouvoir qui fait la différence”

  1. Bonjour Jung, ton numéro 5 m’a interpellée. On se rêver d une autre manière, plus ceci moins cela et en rêver, et la solution de planifier les étapes pour avoir un bout de ce que l on souhaite être rend le projet Accessible. I’ y a 10 ans, je rêvais d ‘être végétarienne et puis je rêvais de plein d autres choses et en rêver me faisait du bien mais restait à l état de rêve.. Puis un Jour, agacée d être toujours au même point j ai libéré mes étincelles, planifié mes projets et mes rêves sont devenus réalité. Pourquoi je ne co tinue pas sur cette méthode gagnante ?? J attendais certainement cet article. Allez hop je me remets en selle.

    1. Jung - Coach en ligne

      Hahaha merci Florence pour ce commentaire qui me touche.
      Et oui, cet article était peut-être un signe de l’univers 😉
      En tout cas, bravo pour toutes ces choses que tu as déjà réalisées et qui t’ont faite grandir davantage.

  2. Coucou Jung,
    Un grand merci pour ton article ! Il m’a tout simplement rappelé de ne pas tomber dans 2 extrêmes quand je perds de vue les objectifs : l’obstination (ou peut-être le perfectionnisme qui me pousse parfois jusqu’à l’épuisement et celui de mon entourage !) et l’abandon alors que de simples réajustements auraient permis de continuer tranquillement. Heureusement, j’ai maintenant conscience de tout ça et encore plus maintenant que j’ai lu ton article.

    1. Jung - Coach en ligne

      Merci Johanna pour ton commentaire !
      Bravo pour ce travail que tu as su faire sur toi. Prendre conscience de ses propres comportements est un grand pas en matière de développement de soi.

    2. Salut Jung et merci pour cet article qui remet les fondamentaux en avant : ça fait du bien de se remettre tout ça en tête.

      Je rejoins Johanna sur la difficulté parfois à ne pas tomber dans le perfectionnisme obstiné ! Il faut aussi apprendre à souffler et rester dans la juste mesure.

      Je retiens pour ma part le 6/ Se focaliser sur l’objectif et non sur la douleur. Pour avoir été sportive de haut-niveau, c’est un conseil qui me semble fondamental. Derrière tout objectif, projet, rêve, il y a de l’entraînement, beaucoup d’entraînement et de travail… qui fait mal ? Mais non !!! Objectif, objectif ! 😉

      1. Jung - Coach en ligne

        Yes ! Tu as parfaitement résumé ce concept !
        Rester focalisé sur l’objectif devant soi plutôt que sur la difficulté qui se trouve sous nos yeux. Il faut savoir se projeter. Plus on se projette vers l’avant, plus on aura d’énergie !
        Quant au perfectionnisme, c’est en effet, et même trop souvent, le meilleur moyen de ne jamais se lancer, et la meilleure excuse pour procrastiner.
        La perfection n’est pas de ce monde, car elle n’existe objectivement pas. Mais dire qu’elle “subjective” signifie qu’elle évolue en permanence. Ce qui peut te sembler parfait un jour te semblera imparfait le lendemain car tes expériences, ta vision du monde, tes croyances auront également évolué.
        Donc il est bon de ne pas chercher la perfection, mais la satisfaction.

  3. Merci Jung pour ces rappels. L’exercice que je dois vraiment utiliser plus souvent c’est le dernier, changer d’activité quand je tourne en rond. J’ai plutôt tendance à m’entêter et à vouloir trouver une solution tout de suite pour me dire “c’est bon, je sais comment avancer”. Alors que parfois je gagnerais à laisser le temps faire et trouver d’autres idées.
    Quand j’ai des coups de mou et que ma persévérance a envie de se faire la malle, je pense à une image : c’est un dessin composé de plusieurs scènes. On y voit un mineur qui creuse une galerie à la recherche d’une cavité pleine d’or. On le voit qui creuse, creuse, creuse encore. Il se rapproche de l’or au fur et à mesure, mais lui ne sait pas à quelle distance se trouve la cavité. Alors qu’il n’est plus qu’à quelques centimètres, il abandonne. Moralité, il faut toujours persévérer, on est peut-être plus proche de l’objectif qu’on ne le croit !

    1. Jung - Coach en ligne

      Oui, cette image du mineur est très parlante. Il ne faut jamais perdre de vue son objectif et, le plus importante selon moi, toujours se rappeler pourquoi on le fait. L’obstination, c’est lorsque l’on oublie le sens de son action.

  4. Bonjour Jung. Merci pour ton article.
    C’est à cause d’un manque de persévérance que j’ai raté mes précédents business.
    Depuis que j’ai analysé le problème et que j’en suis conscient j’ai décidé d’aller au fond des choses et de ne rien lâcher même si je n’ai pas des résultats immédiats. Persévérance !!!
    Bonne journée,
    Olivier

    1. Jung - Coach en ligne

      Bravo pour cette prise de décision !
      Une décision ferme aura un impact puissant sur ton mental et sur ton niveau d’énergie !
      Ainsi, tu peux soulever des montagnes pour atteindre ton objectif !

    1. Jung - Coach en ligne

      Merci Caroline pour ce feedback. En effet, la visualisation est un outil puissant pour se focaliser sur un objectif, garder un niveau de motivation et d’énergie élevé, et se reconnecter à ce que cet objectif va révéler d’important pour nous une fois atteint.

  5. Pas évident de déceler l’obstination. C’est la fameuse question à un million : quand faut-il arrêter? Ceci dit, avec l’expérience on se rend compte que le succès est finalement évident et qu’on peut arrêter de s’obstiner en connaissance de cause. Merci pour ton article Jung !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​BONUS GRATUIT I ​​Téléchargez votre e-book en

%d blogueurs aiment cette page :